CARNET du
BURKINA FASO



Accueil

Portail


  Burkina Faso

Autres carnets de
voyages et photographies







Trivago
Guides et critiques hôtels

LE BURKINA FASO EN BREF
PRÉPARER VOTRE VOYAGE ET PARTIR QUAND ??? Voir également rubrique "Infos Utiles"

novembre à février mars à juin

juillet à octobre

LE CLIMAT & TEMPÉRATURES MOYENNES (en degré Celsius & jour / nuit) ???

/ Tropical soudano-sahélien ; saison humide de juillet à octobre. Bobo-Dioulasso (Ouest) & Ouagadougou (Centre) janvier 34/16, avril 37/23, juillet 30/21, octobre 33/21.

LES POINTS FORTS ET FAIBLES ???

Un voyage qui se découvre peu à une originalité, entre autres via le tourisme solidaire. Le français comme langue de communication.
Une image et des infrastructures touristiques qui demandent à être mieux définies.

LE SHOPPING LOCAL (pensez bien au tourisme responsable) ???

Sculpture en bois ou en fer, plateau couvert de cuir, tissus. Marché et village artisanal de Ouagadougou sont des passages obligés.
CONTINENT : Afrique (53 pays, 30 277 897 km², 710 millions d'habitants)

Système politique : république à régime semi-présidentiel
Superficie : 274 200 km²
Population : 15 757 000 habitants (2009) / Densité : 57 hab./km²
Part de la population urbaine (2007) : 16 %
Capitale : Ouagadougou
Organisation administrative : 45 provinces
Monnaie : franc CFA (XOF)
Langue officielle : français
Autres langues : dialectes locaux
Religions : islam 50 %, croyances traditionnelles 40 %, christianisme 10 %
Economie : coton, légumes verts, mines
Structure de la population par âge (2007) : moins de 15 ans 47 % ; 15-65 ans 50 % ; plus de 65 ans 3 %
2007 : Taux de natalité 45 % ; Taux de mortalité 15 % ; Taux de mortalité infantile 81 % ; Espérance de vie hommes 49 ans / femmes 52 ans
Présentation du Burkina Faso
La croissance démographique et le surpâturage ont transformé lancienne Haute-Volta en une terre aride et poussiéreuse.
La nature semble s'acharner sur le Burkina Faso. Les bonnes intentions des dirigeants de cet Etat enclavé de l'Afrique de l'Ouest, n'ont pu avoir raison de la nature du terrain et des caprices du climat. Et, surenchérissement à la dureté de l'environnement, le chômage et la sécheresse ont provoqué des manifestations de mécontement. Mais le gouvernement révolutionnaire qui a changé en 1984 le nom de Haute-Volta en celui de Burkina Faso (la patrie des hommes intègres), a beaucoup de difficultés à s'attaquer à des problèmes que l'honnêteté seule ne peut résoudre.
Une partie de ces problèmes a la colonisation (1890-1960) pour origine. C'est au cours de cette période que le travail forcé, instauré dans les plantations de la Côte-d'Ivoire voisine, commença à drainer vers le sud les forces vives du Burkina. A l'exemple des autres pays sahéliens agricoles, la longue saison sèche annuelle chasse également vers les pays côtiers (Côte-d'Ivoire et Ghana) les jeunes à la recherche d'un travail.
Depuis l'indépendance, le gouvernement s'est en outre lancé dans une campagne d'émancipation des femmes (campagne contre l'excision). Mais l'aridité du sol reste un problème, et les efforts à faire dans le domaine social (santé, habitation, approvisionnement en eau potable) sont immenses. De plus, l'analphabétisme touche à peu près 90 % de la population, et le taux démographique est l'un des plus élevés du monde.
La plus grande partie du Burkina se trouve en zone sahélienne, notamment le nord, proche de la vallée du Niger et le plateau central au sol latérite pauvre et aride où vit la majeure partie de la population. La détérioration du sol ne cesse de s'étendre. A Ouagadougou, la capitale, au centre du plateau Mossi, on se souvient encore de l'époque où la savane arborée couvrait la région. Actuellement, seuls les arbustes parsèment un paysage devenu incroyablement aride. La famine a touché l'extrême nord, où les récoltes ont été déficitaires, car les pluies ont diminué d'années en année.
Environ 90 % de la population vit de l'agriculture. Le mil, le sorgho, le maïs et les haricots sont les principales cultures vivrières. Environ 70 % des exportations sont constituées par le coton, l'huile (arachide et karité), et le bétail destiné à la Côte-d'Ivoire et au Ghana. Les experts insistent sur les dommages occasionnés aux cultures et au sol par le surpâturage des troupeaux.
Ouagadougou n'est pas seulement la capitale du Burkina, c'est aussi le centre du royaume des Mossis qui constituent la majorité de la population. Leurs royaumes, à la tête desquels se trouvaient les nabas, se sont solidement implantés dans la région depuis le XVème siècle. De nombreuses communautés habitent le Burkina. A côté des Mossis du Centre, on trouve les Bobos et les Dioulas qui pratiquent l'agriculture dans les régions plus fertiles du sud-ouest. Vivant en symbiose avec les sédentaires, les Peuls, pasteurs semi-nomades, vivent sur l'ensemble du pays, tandis que quelques Touaregs viennent faire du commerce sur les marchés du nord.
Environ 90 % des Burkinabés (les habitants du Burkina) vivent en zones rurales. L'habitat est le plus souvent dispersé en "concessions" d'une dizaine de cases, dont la forme dépend de l'origine ethnique, notamment en pays Mossi. Ces concessions abritent souvent des familles élargies de plusieurs dizaines de personnes. Pour ces populations, connues dans toute l'Afrique de l'Ouest pour leur ardeur au travail et leur ingéniosité, la longue saison sèche du mois de novembre au mois d'avril engendre l'inactivité dans le travail de la terre et l'incertitude des récoltes. Malgré les efforts de ses habitants, le Burkina ne survit que par l'aide internationale et les migrations temporaires de ses travailleurs vers les industries et les plantations des pays côtiers.
SUR LE CHEMIN DU THÉÂTRE AU BURKINA FASO
"Un projet est une histoire, une histoire naît souvent d'une rencontre".

Alors, c'est l'histoire d'une rencontre entre 2 associations, "Europe Echanges" et "Théâtre au village", au cours d'un forum des associations en septembre 2001 à St Jacques sur Darnétal (76).
Céline Coirre, ex-coordinatrice de Théâtre au village, a été attirée par les actions d'Europe Echanges et a décidé de faire plus ample connaissance avec cette association.
Europe Echanges a pour objectif de mettre en place des jumelages à thème avec des pays européens. Peu concerne le théâtre, c'est pourquoi il était intéressant pour Théâtre au village de proposer à Europe Echanges un travail en commun.

Mis à part son désir de développer le théâtre en milieu rural, l'association Théâtre au village avait également pour objectif de favoriser l'accès au théâtre pour tous, de favoriser le théâtre interculturel et intergénérationnel, de démocratiser le théâtre. Aussi, étendre ses objectifs et ses volontés vers un pays africain, le BURKINA FASO, était fabuleux.
Le théâtre est un art riche, simple, émouvant. Le pratiquer ou l'observer procure des sensations incomparables à d'autres, procure des frissons, de l'émotion.
Partager notre théâtre du nord, à travers différentes techniques : le conte, la musique, le cirque, la danse, vers un public africain suscitera forcément des échanges très riches.
Voici tout simplement l'intérêt et la motivation de ce projet : l'échange culturel et artistique entre 2 nationalités.
Les habitants des villages de Tikaré, Rouko et Manegtaba sont en marge de l'offre artistique et théâtrale de la France. Peut-être ne la connaissent-ils pas ou peu. C'est pourquoi, il est intéressant de leur permettre de la découvrir, de la pratiquer et de la confronter à leur pratique artistique.
Webset  by  KissDesign Website
Haut de Page
© Chris2neuX 2014 - Tous droits réservés

GALERIE
PHOTOS


Ouagadougou

Tikaré n° 1

Tikaré n° 2

Kongoussi

Rouko

Portraits

Les peuhls



Infos utiles : Burkina Faso

Contacts locaux : Burkina Faso

Cuisine & Cocktail : Burkina Faso





Carte Burkina Faso

Zoom sur la carte

[ Webmaster : Chris2neuX ]